Tendance années 80 : retour vers le futur

Que ce soit dans le mobilier, dans la mode, le graphisme ou la déco, c’est le retour des motifs vermicelle, des couleurs fluos, et du laiton brillant.
Retour sur les années 80, de Memphis à aujourd’hui.

Avez-vous remarqué comme un petit air de déjà vu dans l’univers du design ces temps-ci ? Voilà quelques mois qu’on le sentait venir, mais là c’est sûr, les années 80 inspirent beaucoup de monde. Alors on s’est dit qu’avant d’aller voir comment les 80’s influencent les créatifs aujourd’hui, un petit rappel des classiques serait bienvenu.
Et on s’est demandé pourquoi, hein, pourquoi revisiter le passé ?

.

Histoire du design en mode (très) accéléré

Bon, je vais faire ma Tatie Danièle : quand j’étais petite, il n’y avait pas de dinosaures, mais pas beaucoup de designers non plus.
Depuis le début du XX ème siècle ou presque, il est question de dépouiller les meubles et architectures de leurs ornements, pour en arriver à l’essentiel : la fonction engendre la forme.
En France, dans les années 30 à 50, les créateurs de mobilier étaient proches des architectes (Charlotte Perriand chez Le Corbusier ; Jean Prouvé, architecte et créateur de mobilier pour la reconstruction) ou des fabricants industriels (plus tard : Pierre Guariche et Airborne, Jacques Hitier et Tubauto). Dans les années 70/80 on parle de création industrielle avec Pierre Paulin, Roger Tallon et le TGV.
« Less is More » revendique Mies van der Rohe en 1947 : le Bauhaus a laissé des traces bien après les années 30. Un peu partout en Europe, le fonctionnel s’est installé… et parfois un certain ennui aussi.
Dans la seconde moitié des années 80, on va cesser de parler de création industrielle pour utiliser le mot fourre-tout design, au moment où, en France, Philippe Starck, premier « designer » français médiatisé commence à créer ses  cafés, meubles et objets. C’est le début d’un renouveau.

.

Les origines : Memphis (pas Tennessee)

En Italie, au début des années 80, le bon goût rime aussi avec fonctionnalité et sobriété. En réaction, à partir de 1966 et jusque dans les années 70, le groupe Archizoom Associati (architectes et designers) est le premier à questionner le design fonctionnel. Leurs projets sont emblématiques de l’époque.

Dans le même esprit d’opposition à un design très épuré, en décembre 1980, Ettore Sottsass fonde le groupe Memphis à Milan, cœur de l’industrie du mobilier italienne.

La fantaisie est de retour. La fête des couleurs et des formes  commence.

 

Sottsass_1

Sottsass met des vermicelles, des éclairs et des quadrillages colorés partout sur ses meubles. Nathalie du Pasquier (toujours active aujourd’hui) dessine de nombreux motifs abstraits et répétitifs avec des couleurs flashy, un peu comme des tissus ethniques africains.

NduP-4

Les motifs envahissent les matières, avec des plastiques à inclusions (Shiro Kuramata, ci-dessous).

Kuramata_3

 

Les matières sont mélangées (marbre, stratifié, céramique, bois, pierre…), et les formes exubérantes.

 

Sottsass_6
On est dans le jeu, dans l’humour, dans la signification du plaisir. On s’éclate, on en fait des tonnes, on mélange tout : couleurs, motifs, formes, matières.
Le mouvement n’est pas lié à une idéologie, il est plus spontané, ouvert.
Il est néanmoins conscient de la société de consommation. Le dessin d’un meuble dit quelque chose de son propriétaire. Il lui donne aussi un plaisir immédiat, au-delà du service qu’il lui rend.

Sottsass_4 Teodora
C’est ce que reprendra Starck dans ses objets : le plaisir de l’utilisateur, le surplus de sens, l’aspect ludique porté par le design. C’est ce qu’on retrouve également dans les créations emblématiques des années 90 de l’éditeur italien Alessi, avec par exemple, la bouilloire de Michael Graves.

 

Et aujourd’hui ?

Beaucoup de jeunes designers français ou étrangers s’inspirent des années 80. Les motifs, les couleurs, les matières, les mélanges, le retour de textures qu’on ne voyait plus… car jugées hyper ringardes, redeviennent hype.
En voilà un aperçu en vrac, dans différents secteurs du design et de la mode avec une quinzaine de projets.

Enjoy !

EpiformaEpiforma
François ChambardFrançois Chambard
Jenny NordbergJenny NordbergKitsch-NitschKitsch-NitschKristina KroghKristina Krogh
Ladies&Gentlemen Studio_1Ladies & Gentlemen Studio
Mooving Mountains_1Moving Mountains
PeterBorg_1Peter Borg
weekdaycarnivalWeekday Carnival
VladimirBosons_1 VladimirBoson_2Vladimir Boson  PikkuvarpunenPikkuvarpunen
PetiteFriture_2Petite Friture

 

Alors, pourquoi tant de 80’s ?

Le retour à la mode de trucs passés 30 ans avant n’est pas nouveau. Personnellement, je pense que c’est une question de génération. Les jeunes créateurs d’aujourd’hui ont environ 30 ans : nés en 1985. C’est aussi l’âge auquel on commence à gagner sa vie, à équiper son foyer, à s’entourer d’objets. Alors pourquoi pas retrouver un peu de l’univers dans lequel baignaient papa/maman à sa naissance ? C’est familier et exotique à la fois. On re-découvre ce qu’on a connu de loin, enfant. Et on le transforme, on le ré-interprète avec les outils et les techniques du jour.

Je crois aussi qu’après 30 ans, ce qui perdure est le meilleur de ce qui a existé. Du coup, on a envie de s’en servir pour aménager sa maison, et créer de nouvelles choses.

Alors, prêts pour le vermicelle ?!

Memphis_3

 

Pour info, beaucoup des artistes, graphistes et designers actuels ont été trouvés sur le blog de Yellowtrace qui a fait un super post sur le même sujet.
A signaler aussi le joli blog de l’illustratrice Lauren Rowling qui parle de son attrait pour Ettore Sottsass.
Pour en savoir plus sur Sottsass (et sur tous les designers mobilier contemporains en général), je conseille de lire les interview réalisées de son vivant par Intramuros.

 

Le nouvel article sur le même sujet dans le domaine du graphisme est à lire ici.

Article précédent
Article suivant

Sur le même sujet